Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
Etl oeil etait dans la tombe et regardait Caïn: les sculptures de daniel colliou
De traces riches et multiples, de l' histoire de l oeil et du regard,de l'intériorité et du surmoi,Oedipe aveugle et Cyclope dévoreur, du contrôle social panoptique version Jérémy Bentham aux caméras des grands frères bien attentionnés,notre Big Brother sécuritaire,nous retiendrons pour aborder l'oeuvre du plasticien Daniel colliou la fenêtre ouverte sur une certaine histoire des rapports de l'art avec ses spectateurs,ses témoins,tension de l'oeil quand il se fait regard,quand il sollicite celui qui regarde dans une mise en abîme souvent vertigineuse.
Lorsque Serge Daney interroge le succés des récentes rétrospectives de peintures,renvoyant à l'aura de ces oeuvres désormais classiques défrayant les chroniques économiques et médiatiques,icônes de ventes aux enchères record,il inverse volontiers la perspective en nous livrant les termes d'un nouvel échange,d'un rapport renouvelé à l'être vu,nous rendant compte de spectateurs,d'abord et avant tout, venus se faire voir par les oeuvres et espérant au passage en glaner un peu d'aura résiduelle:avoir été vu par un tableau de Cézane ou par une sculpture de Camille Claudel.
Sur une ligne marquée par la figuration libre,en écho aux explorations médiatiques d'un Wang Du,le travail de Daniel Colliou intégre et rend à chacun ce regard attendu dans une tension ludique en proposant d'interroger cet échange,cet effet de mirroir,les restes de la communion d'un spectateur et d'une oeuvre.Là où Walter Benjamin théorisait la perte de l'aura à l'âge de la reproduction technique,nous assistons ici à un retournement où les objets souvent issus du rebut,de la récupération (perte du clinquant,de l'attraction qu'exerçait l'objet marchandise) déploient leur propre regard et insistent dans notre direction.Et si quelquefois ces regards ont l'air de se croiser comme incapables de se poser sur un interlocuteur ou un point préci,c'est peut-être aussi pour témoigner d'un point de vue devenu introuvable,impossible,perte du référant,escamotage d'un ancrage culturel:un déplacement vers une errance des flux de la toile et des web cams,regards à la fois intimes et mondialisés.
Et l'on se mettrait à imaginer des cades autour de ses oeuvres,leur devenir écran,mirroir nous laissant en proie au grand trouble post-moderne.Car c'est finalement une certaine mélancolie,là où l'oeil se fait regard et regard désabusé,qui se dégage de ces oeuvres-objets,de ce peuple de pupilles dilatées comme si,dans le processus inquiétant qualifié d' autonomie de la technique,les objets, obsolètes ou toujours en voie de le devenir,nous renvoyaient à notre propre désarroi,notre propre obsolescence,déclinaison de cette fameuse honte prométhéenne que décrivait Gunther Anders.Le paradoxe où les objets du rebut et de la marge restituent en partie cette aura perdue:l'oeil qui était dans la tombe et qui regarde maintenant Caîn.
En nous rendant ce minimum d' aura, par ce clin d'oeil complice,Daniel Colliou nous livre un peu de notre histoire avec les oeuvres,du sacré au désenchantement,vers une prise de consience ludique et bienveillante de cette quête dans notre reconnaissance d'un spectateur qui ne serait pas encore acteur,là où il n'y aurait déjà plus de gradins ni de scène.
Les oeuvres de Daniel Colliou nous regardent et semblent quelquefois regarder au-delà,par-devers nous,vers un rapport à l'oeuvre d'art encore à venir.
Erwan le Bihan
Le matricule des Anges

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de daniel colliou
  • Le blog de daniel colliou
  • : l oeil dans tous ses états!!
  • Contact

Info:

Toutes les photos d'oeuvres et par conséquent toutes les oeuvres (peintures, dessins, sculptures, installations, etc...) sur ce site appartiennent exclusivement à Daniel Colliou aux termes de  l'article L.112-1 du code de la protection intellectuelle.   

Recherche

Texte Album"photos-Texte"